Accéder au contenu principal

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Actuellement sur LYFtvNews :



Sébastian Piñera rencontrera Nicolas Sarkozy


Tout auréolé de la réussite du sauvetage des 33 mineurs de San José, le Président chilien  a entamé le 17 octobre sa première tournée européenne depuis son accession au pouvoir le 11 mars dernier.
Durant sa visite, Sebastián Piñera rencontrera  Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, mais aussi le premier ministre britanique  David Cameron (et pas le leader italien Silvio Berlusconi, auquel il est très souvent comparé - tous deux sont milliardaires, patrons de chaines de télévision et propriétaires de nombreuses sociétés dans leur pays).
De nouveaux rendez-vous viennent s'ajouter à la tournée  
D'après le quotidien chilien La Nacion, la reine d'Angleterre aurait finalement accepté de le recevoir. Parmi les membres de sa délégation, les anglais retrouveront de "vieilles connaissances", grands défenseurs du Général Pinochet lorsqu'il était retenu dans les années 90 dans une clinique de Londres : les responsables de la coalition de droite, Juan Antonio Coloma (UDI) et Carlos Larraín (RN) revenus en 2010 au pouvoir, sont en effet du voyage. Le quotidien note que les leaders de la concertation ( opposition de gauche)  "ont tous décliné l'offre" d'accompagner le nouveau président dans ce voyage.
Après le sauvetage des mineurs, le ministre des affaires étrangères, Alfredo Moreno, a reconnu que ce voyage n'aurait pas pu tomber à un meilleur moment !
Le président de la République devrait profiter de cet avantage communicationnel pour défendre la cause du Chili face à la plainte déposée par le Pérou, sur des questions de frontières, devant la cour internationale de justice de la Haye. Il aurait d'ailleurs décidé, toujours selon la Nacion, de ne rendre visite qu'aux responsables des pays représentés dans ce tribunal. 
Sebastian Piñera devrait aussi défendre la candidature du Chili pour intégrer le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU. Mais sur ce sujet, il devra peut être répondre aux questions de ses homologues européens sur le traitement des minorités mapuches  dans le sud du pays. 
De leur côté, les leaders européens, en perte de vitesse face à leurs opinions publiques, seront certainement ravis de se faire photographier et de profiter un peu de l'exceptionnelle  médiatisation du président chilien !
Gilles Roman


Commentaires

Articles les plus consultés