Accéder au contenu principal

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Actuellement sur LYFtvNews :



Football : L´ambassade du Canada au Chili sous protection




Selon le journal "La presse" de Toronto, la police canadienne a distribué des coups de matraque jeudi soir à Toronto à l'issue d'un match de soccer présenté dans le cadre de la Coupe du monde des moins de 20 ans (U-20). "Ce qui s'est passé après la demi-finale opposant le Chili à l'Argentine a eu des échos importants au Chili, prenant des allures d'incident diplomatique".



La violente mêlée ayant opposé des footballeurs chiliens à des policiers torontois, jeudi soir, a déclenché une tempête diplomatique et porté ombrage au succès de la Coupe du monde des moins de 20 ans (U-20).La présidente chilienne, Michelle Bachelet, a déclaré à Santiago que l'équipe nationale avait «subi une agression clairement injustifiée» après la demi-finale opposant le Chili à l'Argentine, victorieuse 3-0. Au terme d'un match marqué par plusieurs décisions controversées de l'arbitre et par l'expulsion de deux membres de leur camp, les joueurs chiliens se préparaient à quitter le Stade national de soccer de Toronto à bord d'un autobus quand une algarade a éclaté avec la police locale. Des coups de matraque ont été portés et au moins "un membre de la délégation chilienne aurait reçu une décharge d'un pistolet électrique, selon des témoins oculaires. Du poivre de Cayenne aurait aussi été utilisé. Les joueurs, dont certains ont été menottés, ont été ramenés dans leur vestiaire, où ils ont été confinés pendant plusieurs heures."

Un «comportement agressif»

Dans un communiqué, le chef de la police de Toronto, William Blair, a soutenu que ses hommes avaient agi «de manière ferme, mais juste» pour mettre un terme au «comportement agressif» de certains membres de l'équipe chilienne envers les policiers. «Ils sont formés pour agir de cette façon et c'est ce qu'ils ont fait», a dit M. Blair.Les choses ont dégénéré après que les policiers furent intervenus pour mettre fin à une querelle entre un joueur chilien et un partisan argentin, selon le chef de police. L'affaire a soulevé un vent d'indignation au Chili, au point où la sécurité a été renforcée autour de l'ambassade canadienne à Santiago. Le ministre des Affaires étrangères, Alejandro Foxley, a annoncé qu'il avait adressé une note diplomatique à son homologue canadien, Peter MacKay, afin d'obtenir des explications sur la «violence excessive» dont auraient fait preuve les policiers.

«Incidents regrettables»
À Toronto, devant plus d'une centaine de journalistes, le président de la Fédération internationale de football, Joseph Blatter, a indiqué que le comité disciplinaire de la FIFA examinerait les incidents «regrettables» survenus sur le terrain à la fin du match contre l'Argentine. Plusieurs membres de la délégation chilienne avaient tenté de s'en prendre à l'arbitre allemand Wolfgang Stark, qui a dû quitter le terrain sous escorte policière.

Des excuses
Le président de la Fédération de football du Chili, Harold Mayne-Nicholls, a d'ailleurs présenté ses excuses pour le comportement des joueurs sur le terrain. Par contre, il a sévèrement critiqué le travail de la police et s'est dit certain de l'innocence des joueurs chiliens, même s'il a dit ignorer la cause véritable de la bousculade survenue près de l'autobus de l'équipe. «Dans le vestiaire, les joueurs étaient calmes et pensaient déjà au match (pour la médaille de bronze) de dimanche, a-t-il dit. Ensuite, il y a eu du chaos près de l'autobus et j'ai pu constater que la police de Toronto n'a pas agi comme elle l'aurait dû. Nous ne pouvons pas tolérer ce genre de comportement.»M. Blatter a reconnu que les événements de jeudi avaient entaché le tournoi et s'est excusé lui aussi. La FIFA n'entend toutefois pas se mêler de tout ce qui s'est passé hors du stade, a-t-il dit, et se contentera de recevoir le rapport que lui fera l'Association canadienne de soccer. En fait, le président de la FIFA semblait déterminé à minimiser le sérieux des incidents de la veille. M. Blatter s'est dit d'opinion que l'altercation de jeudi «ne nuira pas aux chances» du Canada d'obtenir l'organisation de la Coupe du monde féminine de 2011, que convoitent également le Pérou, la France, l'Allemagne et l'Australie.
Au Chili, l´incident semble finalement passer au second plan suite à la victoire de l´équipe du Chili face à l´Autriche pour la troisième place de ce tournoi.

Commentaires

Articles les plus consultés