Accéder au contenu principal

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Actuellement sur LYFtvNews :



Un nouveau débouché pour le cuivre chilien !

Elle monte, elle monte, l´économie chilienne ! Et aujourd´hui ce ne sont plus seulement les chinois qui font le bonheur des mines de cuivre (la principale production du pays), mais aussi les hôpitaux ! Selon un article du Panorama du médecin du 19 mars 2007, les hôpitaux auraient intérêt à poser des poignées de portes et des robinets en cuivre, car les bactéries résistantes y sont plus vite éliminées que sur des surfaces en laiton…

Du cuivre contre les maladies nosocomiales ?

Déjà sous l’Antiquité, les Egyptiens utilisaient le cuivre pour « stériliser » l’eau et les plaies et Hippocrate pour traiter les irritations de la peau. Une équipe britannique va peut-être relancer cet usage pour lutter contre les infections nosocomiales. Les résultats de son étude* sont en effet encourageants : sur une surface en cuivre, les souches de staphylocoque doré résistantes à la méthicilline (antibiotique) ont été éliminées en 1h30 sur des surfaces en cuivre au lieu de 4h30 sur des surfaces en laiton. Et plus la teneur en cuivre est élevée, plus la bactérie meurt rapidement. De là à proposer d’installer des poignées de portes en cuivre dans les hôpitaux pour diminuer les infections nosocomiales, il n’y a qu’un pas...Auparavant, une vaste étude va être lancée à l’hôpital de Birmingham (Royaume-Uni) pour examiner en conditions réelles, durant 18 mois, le potentiel antimicrobien du cuivre. Ce travail sera réalisé dans deux services de soins intensifs : l’un (sans aucun élément contenant du cuivre) servira de témoin, dans l’autre les poignées de portes, les robinets, les distributeurs de savon, etc. seront en cuivre. Certaines sociétés envisagent d’ores et déjà de fournir aux établissements de soins poignées, robinets, chasses d’eau et éviers en cuivre. Une autre équipe de Southampton a montré l’intérêt du cuivre dans la lutte antivirale, d’autres envisagent des applications contre le développement des légionelles dans les réseaux d’eau. A suivre donc.
* University Hospital Birmingham NHS Foundation Trust, mars 2007.

Commentaires

Articles les plus consultés